Rechercher dans ce blog

mercredi 14 février 2024

ūüé¨ May December de Tood Haynes

★★☆☆☆

 Ils se sont rencontr√©s, il avait 12 ans, elle 36 (d’o√Ļ le titre m√©taphorique du film « May December »  quand un jeune rencontre une vieille...) (√©cart d’√Ęge accentu√© dans le film car les deux acteurs qui incarnent le couple ont en r√©alit√© 30 ans d’√©cart.) Ils ont fait la une des tablo√Įds, elle est all√©e en prison, puis ils se sont mari√©s et ont eu des enfants. Tir√©e d’un fait divers de la fin des ann√©es 90, l’affaire « Mary Kay Letourneau », l’histoire est ici librement adapt√©e par Todd Haynes.

En effet, alors que le couple Gracie Atherton (Julianne Moore) et Joe Yoo (Charles Melton) vit dans une tr√®s belle maison √† Savannah (G√©orgie) et que leurs enfants s’appr√™tent √† quitter le cocon familial pour devenir √©tudiants, arrive une actrice, Elizabeth Berry (Nathalie Portman), en direct d’Hollywood, qui vient voir de pr√®s qui est la femme qu’elle incarnera sous peu √† l’√©cran afin de « raconter l’histoire comme elle doit l’√™tre. »

Elle observe Gracie, pose des questions qui d√©rangent, lui demande la marque de ses produits de maquillage, veut voir l’endroit o√Ļ elle a rencontr√© son mari… bref, l’on sent tr√®s vite qu’elle cherche √† vampiriser le couple et pourquoi pas, tenter de s√©duire le mari. (« Moi aussi comme vous j’ai 36 ans ! » l√Ęche-t-elle √† Joe… Tiens, on ne l’avait pas remarqu√© !) Sauf que, et c’est l√†, je trouve, que le b√Ęt blesse, on ne comprend pas vraiment ce qui fascine l’actrice (encore une fois, jou√©e par Portman dont la beaut√© est particuli√®rement bien (trop?) mise en valeur) : en effet, la pauvre Gracie, par contraste, appara√ģt comme une vieille femme √† moiti√© folle et bien d√©prim√©e et son mari comme un gentil lourdaud muet et ob√©issant, pas tr√®s √† l’aise dans ses baskets. On ne comprend pas bien d’o√Ļ vient cette attirance √©prouv√©e par l’actrice. Si encore celle-ci d√©couvrait un couple heureux, fou amoureux, dont elle serait jalouse. Ok. Mais l√†, au contraire, on sent que lui n’a pas profit√© de sa jeunesse et elle, dont la seule passion est dor√©navant de vendre des g√Ęteaux de sa confection, a plut√īt l’air paum√©e et en grande souffrance psychologique. √Čtait-ce n√©cessaire de la pr√©senter dans cet √©tat ? Ils redoutent tous deux de se retrouver seuls apr√®s le d√©part des enfants. Et on les comprend. Bref, comment √™tre subjugu√©e, envo√Ľt√©e par un tel couple au point de ne pas rentrer √† Hollywood pour se mettre au travail ? Ou alors, c’est de la pure perversit√©. Mais ce d√©sir de faire du mal doit quand m√™me √™tre nourri de jalousie, d’envie non ?

En tout cas, ce qui est s√Ľr, c’est que l’on ne s’attache √† aucun personnage. Et quand les critiques du Masque parlent « d’un film v√©n√©neux » et d’une « sensation de malaise » lorsque l’on observe « comment l’actrice va fusionner avec son sujet », je me demande si l’on a vu le m√™me film. Il n’y a aucune fusion, ni physique, ni psychologique. Et c’est bien dommage, car c’est pr√©cis√©ment ce qui aurait pu √™tre int√©ressant √† traiter...

On assiste m√™me √† des sc√®nes grotesques o√Ļ l’une maquille l’autre (comme si elles allaient tout √† coup se ressembler!), font de la cuisine ensemble (la main de Gracie qui tient celle d’Elisabeth pour lui montrer comment touiller son frichti!) et composent un bouquet de fleurs en tenant des propos compl√®tement neuneus. Portman a, tout au long du film, un jeu compl√®tement artificiel, elle prend la pose et se contente d’√™tre belle. Pas d’√©volution dans le jeu des acteurs ni dans le sc√©nario. Bref, un peu longuet tout √ßa. Je repense soudain √† la sc√®ne sur le toit o√Ļ le mari fume son premier p√©tard avec son fils, genre j’ai rat√© ma plus belle vie. Pfffff… Quelle caricature ! Et le fils a√ģn√© de Gracie… Ridicule !

Quant aux dialogues, franchement, ils sont d’une platitude sid√©rale.

Par ailleurs, le film est flou (pauvre effet de style!) et la musique de Michel Legrand pour « Le Messager » de Joseph Losey (qui se trouve √™tre la musique de « Faites entrer l’accus√© ») plut√īt appuy√©e et √† prendre au second degr√©, je l’esp√®re.

Non franchement, je n’ai pas bien compris l’int√©r√™t de ce film qui ressemble √† une mauvaise com√©die. Ce qui aurait pu prendre la forme d’un huis clos √©touffant et « malaisant », comme disent les jeunes, o√Ļ il aurait √©t√© question d’emprise progressive, avec une belle mise en abyme, demeure un film assez plat, aux effets appuy√©s, o√Ļ l’on observe le duel de deux pointures du cin√©ma qui jouent √† qui sera la plus belle.

Cela dit la critique est tr√®s bonne, certains parlent m√™me de chef-d’oeuvre.... Allez-le voir, vous me direz...





2 commentaires:

  1. Bonsoir je l’ai vu et partage votre avis, rat√© je pense

    RépondreSupprimer
  2. Bien d'accord avec cette critique. J'attendais beaucoup de ce film, ayant beaucoup aimé "Carol" et "Dark waters". J'ai été très déçue par les actrices, peu convaincantes et le "jeune mari" manquait totalement de charisme ! Ils avaient tous l'air de s'ennuyer dans ce film et, du coup, nous aussi !

    RépondreSupprimer