Rechercher dans ce blog

dimanche 17 janvier 2016

Les Vieux fourneaux I. Ceux qui restent

Dans son jardin, Sophie, très enceinte, repeint tranquillement un vieux théâtre de marionnettes. Elle regarde sa montre, file sous la douche et monte dans une vieille fourgonnette rouge customisée: " Théâtre du loup en slip".
Le vieux Pierrot, dans son appart parisien sous les toits, aux murs recouverts d'affiches militantes ("Que qui peut puisse"!), enfile un costume tout neuf et monte dans sa voiture criblée de fientes de pigeons. Il s'arrête en trombe devant la maison de retraite de Mimile qui met vite fait son costume à carreaux d'avant guerre et place son pain complet dans un petit sachet en plastique "pour ne pas le laisser perdre"...
Tout ce beau monde se rend... aux obsèques de Lucette, la femme de leur pote Antoine et grand-mère de Sophie. Les trois compères aux cheveux blancs et au lourd passé syndicaliste se retrouvent et en profitent pour reparler du temps où ils travaillaient dans l'usine pharmaceutique Garan-Servier. D'ailleurs, la Lucette et le Pierrot, licenciés chacun leur tour, avaient dû se reconvertir.
Mais la Lucette n'est plus... elle a cependant laissé une lettre qui ne doit être ouverte qu'après sa mort et Antoine demande à ses potes de rester un peu et de l'accompagner chez le notaire... où il va découvrir que...
Un pur délice que cette BD qu'il faut lire et relire tellement elle fourmille de détails! Les vieux croûtons ont de beaux restes, pas mal d'énergie et des idées bien arrêtées plein la tête sur la société, l'engagement, l'amour, l'amitié.
Des personnages très attachants, avec lesquels on prendrait bien l'apéro et que l'on a hâte de retrouver sitôt l'album fermé!



Merci Julie pour ce conseil de lecture!

Une pensée pour Daniel et Martine...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire