Rechercher dans ce blog

samedi 22 septembre 2018

Einstein, le sexe et moi d'Olivier Liron


Éditions Alma
★★★★★ J'ai adooooré !

Bon, disons-le clairement, Olivier Liron est notre CHOUCHOU de cette rentrée littéraire : tout le monde craque, a craqué ou craquera et MOI LA PREMIÈRE.
Il faut dire qu'il a TOUT pour lui, ce garçon (au fait, il est marié?) Allez, je plaisante ! (C'est pas pour moi, c'est pour ma fille… quoique...hum, hum) Oui, il a TOUT pour lui (je me sens prête à faire une surconsommation de majuscules pour cet article) : il est drôle, sensible, intelligent, il écrit vachement bien, il connaît des kilomètres de trucs dont je n'ai absolument JAMAIS entendu parler - et en plus, il s'en souvient - , il est cultivé, parfois un peu foutraque (juste ce qu'il faut pour qu'on craque), souvent en retard. Il aime le coca et les madeleines, les croque-monsieur au Leerdammer, les chapitres sur le divertissement dans les Pensées de Pascal (ben oui, j'connais et surtout ce chapitre-là!) et le chocolat à l'orange.
Bref, il a tout pour plaire et je l'aime, je l'aime, je l'aime. D'ailleurs, je le lui ai déjà dit (si, si mais c'est entre nous, je ne peux pas vous en dire plus… )
Son livre ? Comme lui : un délice de drôlerie mais pas seulement !
Olivier Liron nous raconte comment il a participé à Questions pour un champion. Vous savez, avec Julien Lepers. Eh bien, croyez-moi, même si vous n'êtes pas féru de cette émission, vous allez trembler et avoir les mains moites : car on veut qu'il gagne, notre Olivier au pull-over rouge ! Et on se prend au jeu, on frémit pour lui, on maudit les autres candidats, on les déteste. Ils ne DOIVENT pas gagner, ils NE PEUVENT PAS gagner. On s'est tellement attaché à notre Olivier qu'il est notre pote, notre frangin. On veut qu'il gagne ! Et sur un rythme effréné, nous voilà transportés dans un jeu qu'on ne regarde jamais à la télé. Limite d'ailleurs si la plume d'Olivier Liron ne nous inciterait pas à jeter un œil sur l'émission (ça passe encore? J'ai un doute) Donc, le suspense est terrible, oui TERRIBLE. Notre crack en botanique et en ornithologie est parfois au plus mal devant des adversaires REDOUTABLES. Et le truc le plus fou, c'est qu'il est capable de rendre Thor Heyerdahl (quoi, vous ne connaissez pas?) et l'expédition sur le Kon-Tiki (faut pas que je me plante en l'écrivant!) complètement passionnants.
De toute façon, je vais vous dire, il pourrait nous parler de n'importe quoi, ce serait un pur bonheur parce qu'il écrit tellement bien et il a un tel humour (je me répète, je sais), une telle autodérision aussi, un tel sens du rythme et de la poésie que moi, je prends TOUT !
Mais, il n'y a pas que ça dans ce livre (et soudain, je me rends compte que j'ai oublié de vous dire qu'Olivier est autiste, autiste Asperger) : Olivier nous raconte le cauchemar de ses années collège, il nous parle aussi de sa grand-mère, de ses parents, de ses histoires d'amour. C'est hyper touchant, hyper sensible. C'est magnifique, MAGNIFIQUE !!! On est ému aux larmes !
Allez, lisez-le, lisez-le, lisez-le.
Bravo Olivier pour ce que vous êtes !

Qu'est-ce qu'on vous aime !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire