Rechercher dans ce blog

dimanche 28 avril 2019

Né d'aucune femme de Franck Bouysse


La Manufacture de livres
★★☆☆☆ (bof, bof)


Il était une fois une famille de pauvres paysans : le père, la mère et les quatre filles. Un jour, le père décida de vendre son aînée à un homme riche qui en fit son esclave. Le père regretta son geste et voulut récupérer sa fille mais…
Né d'aucune femme est un conte, noir, cruel, sombre, qui utilise tous les archétypes du conte : un cadre spatio-temporel imprécis ; des personnages nettement caractérisés : les gentils (héros ou héroïnes), les méchants (les opposants) et ceux qui aident les gentils (les adjuvants). Pas de profondeur psychologique : c'est normal puisque dans un conte les personnages répondent à une fonction. Le schéma narratif est celui du conte : une situation initiale (ils sont pauvres mais heureux sans le savoir), un événement perturbateur (la vente), quelques péripéties (le père veut récupérer sa fille…), un élément de résolution et une situation finale. On a aussi le château, la chambre interdite, la femme prisonnière...
Né d'aucune femme répond donc aux critères du conte, sans originalité particulière sinon la longueur. Il m'a semblé d'ailleurs que tout était prévisible, attendu : dans l'ensemble, aucun événement ne m'a surprise. Le conte se déroule tranquillement, on sait où l'on va et l'on y va. Pas franchement de suspense et beaucoup de longueurs donc…
Par ailleurs, j'ai depuis longtemps passé l'âge de pleurer sur des personnages de contes : ni Rose, ni son père ni qui que ce soit ne m'ont particulièrement émue, j'ai suivi le déroulé de l'histoire sans jamais m'attacher aux personnages à qui il aurait bien pu arriver n'importe quoi, peu m'importait dans la mesure où, la situation étant invraisemblable, les personnages l'étaient tout autant.
Pas d'originalité non plus dans l'entrée en matière : un prêtre trouve un cahier écrit par une femme. La lecture de ce cahier sera l'objet du conte. Rien de nouveau sous le soleil.
Une écriture assez plate sur les trois quarts du livre puisque c'est Rose qui est censée parler.
Bon.
Pourquoi pas ?
Des longueurs, de l'ennui, aucune surprise…
Tout ça pour dire que je suis très étonnée par les louanges dithyrambiques lues ici ou là sur ce roman. Comme je l'ai déjà dit, je ne vois aucune originalité dans la forme ou dans le fond. Tout est attendu et cousu d'un fil blanc bien épais.
Mais en plus de cela, certaines choses m'ont franchement énervée : d'abord le côté mélo. Certes, cela peut se rattacher au genre choisi, mais là, vraiment, ça dégouline de partout, on se croirait parfois dans les pires romans-feuilletons du XIXe… Et que je t'en remette une couche et encore une (que c'est lourd, appuyé)… Oui, cette affaire est bien triste, très triste même, on l'a compris, pas la peine d'en rajouter… Que de pages pour faire pleurer dans les chaumières…. Quelle surenchère dans le misérabilisme...
Autre point (qui m'a déplu) : imaginez une pauvre gamine de 14 ans, séparée de sa famille, qui arrive dans une demeure tenue par deux étrangers qui la séquestrent. Elle parvient tout de même à échanger un peu avec un homme à tout faire (un gentil lui). Eh bien, la petite chérie, qui vient d'avoir ses règles et qui, donc, est devenue une femme, se sent soudain tout émoustillée par le dos du beau jardinier… Tiens donc… Et que je te le reluque… Oh qu'il est beau le gredin…. Là, je me suis soudain demandé où l'auteur nous emmenait. Tout cela m'a paru complètement saugrenu vu la situation (même si rien n'est vraisemblable dans un conte… il y a quand même des limites, non?) Malaise… S'agit-il d'émoustiller le lecteur ?
Non, ce ne sont pas les scènes violentes qui m'ont gênée, j'en ai lu d'autres et des bien pires, ce sont plutôt ces scènes d'éveil des sens qui m'ont semblé artificielles et m'ont mise mal à l'aise.
Alors non, je ne partage pas l'enthousiasme général, loin de là.
Mais ce n'est que mon petit avis !

6 commentaires:

  1. Eh bien, on peut dire que tu lui règles son compte, à celui-là :-D

    RépondreSupprimer
  2. J'ai l'impression que c'est de moins en moins pointu. Grossir le ciel m'avait fait forte impression. Ensuite, ça n'a cessé de se dégrader. Glaise m'avait carrément déçue. Moi qui croyais qu'il avait redressé la barre avec ce nouvel opus!

    RépondreSupprimer
  3. Et bien merci! J'étais comme vous très déçu par le livre et je ne comprenais pas les critiques dithyrambiques lues ici où là et me sentais bien seul.

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez mis les mots qui conviennent au malaise que j'ai ressenti lors de cette lecture, merci !Je me sens moins seule au milieu des vivas et des bravo. Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  5. Roman noir... oui... trop noir... que d'accumulations! Que de couches rajoutées pour tenir le lecteur! Mais trop, c'est trop... Moi, je vais réussir mon évasion aux 2/3 du roman....

    RépondreSupprimer