Rechercher dans ce blog

vendredi 10 janvier 2020

La tentation de Luc Lang


Éditions Stock
★★★★★ (magnifique!)


Ce qui frappe d'abord, c'est cette écriture ample, rythmée, voluptueuse, ces phrases longues, enveloppantes, sensuelles (si, si!), ces pages pleines, saturées de signes qui vous laissent à peine le temps de respirer, de souffler, de faire une pause. Le mot est précis, ajusté, sec. Les verbes, nombreux, décomposent cinématographiquement le mouvement. Rien n'est perdu, ni le léger tremblement de la main, ni les battements de paupière qui trahissent une fatigue difficile à réprimer. C'est beau, fulgurant, puissant. Vivant.
Oui, on est saisi, emporté, ravi par la prose de Luc Lang et par ce démarrage en trombe qui nous propulse en pleine forêt dans une chasse au cerf. François, chirurgien, chef de clinique, la cinquantaine, aime rejoindre dès qu'il le peut le relais de chasse en Savoie, près du Mont-Cenis, dont il a hérité. Dans la famille de François, on est chasseur de père en fils, médecin aussi de père en fils. C'est comme ça et c'est très bien. Dans un sens, on évite de se poser trop de questions, on suit un chemin tout tracé. Allez, disons-le, c'est assez confortable.
Seulement ce matin, tandis que François s'apprête à tirer, tandis qu'il voit parfaitement bien le splendide cerf à seize cors dans son viseur, il hésite. Il n'aurait pas dû. L'animal fuit. François le poursuit, accablé par le doute qui vient en une fraction de seconde de s'emparer de lui. Dans sa famille, on ne doute pas. On avance, on creuse son sillon, on mène sa vie d'homme, de père de famille, on assume ses responsabilités. Pas de place pour l'indécision, le flottement, l'incertitude. Il faut avancer.
Et pourtant, une faille s'est introduite dans l'édifice. Une petite brèche, à peine visible, dont François, au moment même où il hésite à tirer, n'a certainement pas pris conscience.
Il est vrai que son fils, après avoir sagement commencé des études de médecine, s'est brutalement tourné vers la finance et a réussi à entrer dans une banque d'affaires à Londres avant d'être catapulté sur un poste en or de consultant expert à NYC. Incompréhension totale du père. Son propre gosse qui aurait dû être son prolongement, son double, sa fierté, devient un étranger. On ne parle plus la même langue, on n'a plus les mêmes codes, les mêmes valeurs. On s'évite. On reste silencieux devant celui qui nous assène de terribles vérités. « Aujourd'hui, on ne gagne plus d'argent avec son métier, avec son travail. On le gagne avec de l'argent… Sans compter qu'avec la robotique et l'I.A., la chirurgie bientôt… c'est plus tes mains qui vont travailler. Suis désolé, papa, mais ton monde est obsolète. »
Et prends-toi ça dans le ventre, le père. Prends-toi ça et tiens debout si tu peux !
Au coeur d'une même famille, dans un terrible huis-clos, deux mondes s'affrontent et se haïssent, se désavouent et se détruisent...
Le monde du père s'écroule...
Heureusement, dans la famille, il y a Mathilde la fille, celle qui veut devenir gynéco. Ouf, elle sauve la mise et donne un sens au mot « transmission ». Sauf que, ce matin de chasse, tandis qu'il poursuit le cerf, il vient de croiser une BMW bleu violine roulant à fond de train et dans cette voiture qui vient de faire une terrible embardée, il a cru apercevoir sa fille. Mais p…., que fout-elle dans une telle bagnole, frisant le danger et la vulgarité ? Pourquoi a-t-elle eu cette expression de peur ? Qui est Mathilde ? Quelle vie mène-t-elle ? Est-elle en danger ?
Dans La tentation, Luc Lang projette son lecteur dans un univers extrêmement violent, instable, frénétique où tout devient mouvant, trouble et profondément oppressant. On est tenu, ferré, on ne peut lâcher ce thriller existentiel qui tourne à la tragédie et dont la construction est absolument remarquable.
Un très gros coup de coeur pour ce roman éblouissant et intense. Décidément, Luc Lang confirme une fois de plus ici sa première place dans le paysage littéraire français.

3 commentaires:

  1. Oh comme tu en parles bien ! On a envie d'être enveloppé dans ces phrases à notre tour.

    RépondreSupprimer
  2. C'est ton éloge dithyrambique qui m'a incitée à lire ce livre et à découvrir cet auteur qui m'était totalement inconnu et qui m'a complétement conquise. Ce roman est époustouflant ! Superbement écrit - tout ce qui concerne la nature est magnifique, à la fois thriller implacable et roman psychologique.Bref, je suis ravie de constater que ma médiathèque possède d'autres romans de l'auteur. Je vais me précipiter...

    RépondreSupprimer