Rechercher dans ce blog

samedi 18 janvier 2020

La clé USB de Jean-Philippe Toussaint


Les Éditions de Minuit
★★★★★ (coup de coeur!)


Il y a quelques mois, j'ai reçu un mail très menaçant : si je n'envoyais pas une somme (une quantité?) assez élevée de « bitcoins », des photos compromettantes seraient révélées à l'humanité tout entière (qui n'attend que cela, évidemment !…) Avec la vie trépidante que je mène, je n'avais pas trop de soucis à me faire sur l'éventuelle divulgation de photos embarrassantes me concernant !!! En revanche, ce qui, dans ce message, a retenu toute mon attention, c'est cette histoire de « bitcoins »…. Quèsaco ? Autant dire que je n'avais jamais entendu parler de cette bête-là (on ne paye pas avec ça à l'épicerie de mon village…) Je me suis donc renseignée auprès de mes chers collègues scientifiques, nettement plus à la pointe de la modernité que moi (ce n'est pas difficile!) et j'avoue que… je n'ai pas compris grand-chose sinon que… (je me concentre) ce serait une monnaie qui permettrait de régler des transactions en ligne, sans avoir recours à un organisme bancaire (qui nous pique des sous), le tout dans un cadre très sécurisé... Et pour garantir cette sécurité tant recherchée, des particuliers (appelés des mineurs -on n'est pas dans Zola mais presque-) équipés d'ordinateurs ultra-puissants surveillent et valident les transactions… Ces dernières sont enregistrées sur une chaîne de blocs -blockchain- (espèce de grand livre public de comptes) : chaque bloc vérifiant en cascade l'état du système et surtout l'origine de la transaction. Ne m'en demandez pas plus, j'ai déjà transpiré sang et eau pour vous fournir ce modeste résumé. Ça dépasse largement mes très insignifiantes compétences (quasi nulles dans le domaine économico-informatico-mathématique…)
Bref, tout ça pour dire que j'ai commencé le dernier roman de Jean-Philippe Toussaint en n'en menant pas large… Et à vrai dire, je pensais ne pas dépasser la cinquantième page…
Eh bien messieurs-dames, je vous le déclare haut et fort : j'ai été littéralement happée par ce récit qui tient beaucoup du roman d'espionnage (le suspense marche à fond la caisse) mais pas seulement, et autant vous le dire tout de suite, j'ai ADORÉ ce texte et je vous explique pourquoi.
Un narrateur (dont j'ai oublié le nom… appelons-le X si vous le voulez bien) qui travaille à la Commission Européenne dans le domaine de la prospective se voit aborder un jour par des lobbyistes. Effectivement (et là, on n'est pas dans la fiction), figurez-vous qu'à Bruxelles des gens sont payés pour prévoir l'avenir (si si, je vous jure) : ils s'interrogent sur « de quoi demain sera fait » dans des domaines divers et variés comme l'alimentation, l'agriculture, l'énergie, la démographie, les ressources etc, etc… Bien entendu, ils doivent bosser en toute indépendance (bien entendu!!!) Or notre narrateur X (mais quel est son nom???) se voit un jour abordé par deux hommes qui aimeraient bien qu'il vienne faire un petit tour en Chine pour découvrir leur entreprise (et plus si affinités…) X résiste, allant jusqu'à régler lui-même son café lorsqu'il les rencontre. Et il se trouve que l'un des deux lobbyistes va, lors d'une rencontre, perdre sa clé USB : accident ? acte volontaire ? Point d'interrogation… En tout cas, X s'en empare et ce qu'il va découvrir n'est pas piqué des vers…
Comme je vous le disais, moi qui ne suis pas DU TOUT roman d'espionnage (je n'y comprends jamais rien), j'ai été complètement prise par ce roman lu quasiment d'une traite une semaine où j'étais crevée (c'est vous dire!) Je crois que cela tient au fait que l'on sent très vite que Toussaint cache autre chose derrière l'aspect espionnage et cette « autre chose », c'est la dimension humaine.
X (son nom!!!) n'a RIEN d'un super-héros. S'il évolue dans un monde moderne, technique, scientifique, ses réactions échappent COMPLÈTEMENT à la logique (ça c'est génial!) Souvent, il ne comprend pas pourquoi il a agi de telle ou telle façon, pourquoi il a pris telle ou telle décision, il a a du mal à contrôler ses émotions et se retrouve à plusieurs reprises dans des postures assez ridicules. Et je trouve ça très rassurant l'idée que l'on a beau entrer dans une ère algorithmique, logique, mathématique, finalement, l'humain, d'une certaine façon, échappe à toute cette technique, lui fait un pied de nez, lui dit merde, quoi !
Parce que l'homme n'est pas UNE MACHINE, il ne pourra jamais être contrôlé, prévu, emprisonné dans un système parce que, précisément, ce qui fait l'être humain, c'est l'inattendu, l'étonnant, le paradoxal, l'imprévu. Et leurs histoires de conjectures, d'hypothèses, de probabilités, ils peuvent, à mon sens, toujours courir...
Ah, la prospective a du boulot sur la planche (et du souci à se faire) avec un sujet d'étude comme l'être humain et ses activités… Et, ça, c'est plutôt rassurant, non ?
Bon, allez, je ne vous en dévoile pas plus… Vous verrez, la fin est superbe… Vous allez vous régaler !

mercredi 15 janvier 2020

Le répondeur de Luc Blanvillain


Éditions Quidam
★★★★★ (coup de coeur!)


Comment vous persuader de vous jeter sur ce texte qui a vraiment TOUT pour lui : il est drôle, très drôle même (ceux qui goûtent l'humour absurde vont se régaler), l'écriture est magnifique (ce qui, par les temps qui courent, vaut d'être noté), les personnages attachants (je vous dirai pourquoi très bientôt) et il fait réfléchir, penser, philosopher même (waouh… quel programme n'est-ce pas?) Non franchement : NE PASSEZ PAS À CÔTÉ !!!
De quoi il cause ?
Bon, commençons par le commencement : Batiste est imitateur… On ne peut pas dire qu'il vive de ses talents, non, pas vraiment… car Batiste n'imite pas Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal ou Kylian Mbappé… Non, lui, son genre, c'est plutôt Gide, Céline (Louis-Ferdinand), Mendès France ou Bernanos… Bref, vous voyez le problème, j'imagine. Cela dit, Batiste est très bon, doué même, mais le public ne suit pas…
Or, un soir, un homme l'attend dans sa loge : il s'appelle Pierre Chozène (Jean sur la 4e de couv,' mais bien Pierre dans le roman...), il est romancier, célèbre (genre Goncourable...), recherché par tous les journalistes qui rêvent de l'interviewer et sa discrétion légendaire ne fait qu'accentuer le mystère dont il est nimbé.
Et que veut Pierre Chozène ? LA PAIX !!! Il ne veut plus passer son temps à répondre au téléphone, aux messages, aux mails, aux SMS etc, etc... dont il est assailli chaque jour. Non, Chozène a besoin de temps et de silence pour écrire… Et il a l'idée, assez géniale, de proposer à notre Batiste de faire le boulot à sa place… Il lui confie donc son téléphone ainsi qu'un classeur dans lequel sont fichés tous les gens qui l'empêchent de se livrer à son art : ex-femme, éditeur, journaliste, fille, amante, amis, père, producteur, directeur… Bref, LA TERRE ENTIÈRE !! Et il est prêt à payer assez cher pour être tranquille (ce qui arrangerait bien les finances de notre Batiste…)
Y a plus qu'à… Une intrigue rocambolesque et un vrai suspense se mettent en place : Batiste va-t-il être capable de relever le défi, de faire en sorte que les gens n'y voient que du feu, des gens, ne l'oublions pas, qu'il ne connaît ni d'Eve ni d'Adam, et avec lesquels il va devoir se lancer dans de longues discussions parfois assez intimes (pour ne pas dire plus…) tout en se faisant passer pour un auteur qu'il ne connaît pas plus que ça non plus ? Pas facile de ne pas commettre d'impairs et de… garder son calme !
Franchement, ce texte, à la manière d'une comédie de boulevard à la Feydeau, est désopilant… Imaginez les situations ubuesques et complètement irrésistibles qui vont naître de quiproquos franchement pas piqués des vers… Je vous promets quelques bons éclats de rire…
Et puis, comme je le disais pour commencer, vous verrez que les rapports sociaux...c'est pas simple (ah, vous le saviez déjà?), que l'on croit connaître les autres mais ABSOLUMENT PAS, que communiquer (même et SURTOUT à l'heure d'Internet) relève de la gageure et que et que et que… Et puis, tromper les autres ne revient-il pas à les manipuler, à se jouer d'eux… Jusqu'où peut-on aller, jusqu'où a-t-on LE DROIT d'aller ?
J'arrête ! Je n'en dis pas plus !
Franchement les copains, pas d'hésitation… D'ailleurs, je serais producteur, je contacterais immédiatement Monsieur Blanvillain et je lui ferais un gros chèque pour qu'il me laisse la possibilité de me lancer dans une adaptation cinématographique…
Oui, vraiment, je me suis régalée. Offrez-vous le même plaisir (parce que vous le valez bien, hein ?)

vendredi 10 janvier 2020

La tentation de Luc Lang


Éditions Stock
★★★★★ (magnifique!)


Ce qui frappe d'abord, c'est cette écriture ample, rythmée, voluptueuse, ces phrases longues, enveloppantes, sensuelles (si, si!), ces pages pleines, saturées de signes qui vous laissent à peine le temps de respirer, de souffler, de faire une pause. Le mot est précis, ajusté, sec. Les verbes, nombreux, décomposent cinématographiquement le mouvement. Rien n'est perdu, ni le léger tremblement de la main, ni les battements de paupière qui trahissent une fatigue difficile à réprimer. C'est beau, fulgurant, puissant. Vivant.
Oui, on est saisi, emporté, ravi par la prose de Luc Lang et par ce démarrage en trombe qui nous propulse en pleine forêt dans une chasse au cerf. François, chirurgien, chef de clinique, la cinquantaine, aime rejoindre dès qu'il le peut le relais de chasse en Savoie, près du Mont-Cenis, dont il a hérité. Dans la famille de François, on est chasseur de père en fils, médecin aussi de père en fils. C'est comme ça et c'est très bien. Dans un sens, on évite de se poser trop de questions, on suit un chemin tout tracé. Allez, disons-le, c'est assez confortable.
Seulement ce matin, tandis que François s'apprête à tirer, tandis qu'il voit parfaitement bien le splendide cerf à seize cors dans son viseur, il hésite. Il n'aurait pas dû. L'animal fuit. François le poursuit, accablé par le doute qui vient en une fraction de seconde de s'emparer de lui. Dans sa famille, on ne doute pas. On avance, on creuse son sillon, on mène sa vie d'homme, de père de famille, on assume ses responsabilités. Pas de place pour l'indécision, le flottement, l'incertitude. Il faut avancer.
Et pourtant, une faille s'est introduite dans l'édifice. Une petite brèche, à peine visible, dont François, au moment même où il hésite à tirer, n'a certainement pas pris conscience.
Il est vrai que son fils, après avoir sagement commencé des études de médecine, s'est brutalement tourné vers la finance et a réussi à entrer dans une banque d'affaires à Londres avant d'être catapulté sur un poste en or de consultant expert à NYC. Incompréhension totale du père. Son propre gosse qui aurait dû être son prolongement, son double, sa fierté, devient un étranger. On ne parle plus la même langue, on n'a plus les mêmes codes, les mêmes valeurs. On s'évite. On reste silencieux devant celui qui nous assène de terribles vérités. « Aujourd'hui, on ne gagne plus d'argent avec son métier, avec son travail. On le gagne avec de l'argent… Sans compter qu'avec la robotique et l'I.A., la chirurgie bientôt… c'est plus tes mains qui vont travailler. Suis désolé, papa, mais ton monde est obsolète. »
Et prends-toi ça dans le ventre, le père. Prends-toi ça et tiens debout si tu peux !
Au coeur d'une même famille, dans un terrible huis-clos, deux mondes s'affrontent et se haïssent, se désavouent et se détruisent...
Le monde du père s'écroule...
Heureusement, dans la famille, il y a Mathilde la fille, celle qui veut devenir gynéco. Ouf, elle sauve la mise et donne un sens au mot « transmission ». Sauf que, ce matin de chasse, tandis qu'il poursuit le cerf, il vient de croiser une BMW bleu violine roulant à fond de train et dans cette voiture qui vient de faire une terrible embardée, il a cru apercevoir sa fille. Mais p…., que fout-elle dans une telle bagnole, frisant le danger et la vulgarité ? Pourquoi a-t-elle eu cette expression de peur ? Qui est Mathilde ? Quelle vie mène-t-elle ? Est-elle en danger ?
Dans La tentation, Luc Lang projette son lecteur dans un univers extrêmement violent, instable, frénétique où tout devient mouvant, trouble et profondément oppressant. On est tenu, ferré, on ne peut lâcher ce thriller existentiel qui tourne à la tragédie et dont la construction est absolument remarquable.
Un très gros coup de coeur pour ce roman éblouissant et intense. Décidément, Luc Lang confirme une fois de plus ici sa première place dans le paysage littéraire français.

mercredi 18 décembre 2019

La panthère des neiges de Sylvain Tesson

Sylvain Tesson - La panthère des neiges.
Éditions Gallimard
★★★★★ (j'ai adoré)


Je crois que cette fin d'année est placée pour moi sous le signe de l'affût. Non que je passe mes journées dans les cabanes en bois perchées dans les arbres qu'on voit par ici en forêt d'Andaines (et à mon avis, elles sont, hélas, plutôt destinées à cacher les chasseurs très actifs dans la région) mais parce qu'après le magnifique roman de Claudie Hunzinger: Les grands cerfs, me voilà partie au Tibet avec Tesson, un photographe animalier nommé Munier, Marie, sa compagne, et un philosophe, Léo de son prénom.
Bavarde comme je suis, je ne pense pas être une partenaire idéale pour l'affût. Et pour tout vous dire, Tesson ne devait pas l'être non plus ! En tout cas, il se présente un peu, dans cette expédition hors normes, et avec son sens de la dérision qui le caractérise, comme un « boulet » : en effet, il ne peut rien porter à cause d'une colonne vertébrale trop fragile, ne voit pas grand-chose et n'arrête pas de causer. Les trois autres lui répondent à peine d'ailleurs. Et notre Tesson philosophe, le Tao-tö-king en main, fait des bons mots, s'interroge, questionne et les heures passent. À moins trente degrés (moins dix à l'intérieur), il faut avoir des réserves intellectuelles hors normes pour survivre. Et attendre...
Alors, tout ce petit monde part se balader au Tibet, à 4000 mètres d'altitude afin d'observer … (roulements de tambour)... la panthère des neiges… Bon, allez, je spoile un peu : oui, ils la verront mais ils observeront aussi d'autres splendeurs : yacks, ânes sauvages, loups, antilopes, lynx, gypaètes, pikas… Et toutes ces bébêtes, eh bien, il vaut mieux les voir maintenant, car d'après les naturalistes les plus optimistes, la faune disparaît tellement vite qu'il n'en restera bientôt plus aucun spécimen. Quand je pense que chez nous…. à l'heure où je vous parle, les merles pullulent dans mon pommier, profitant des derniers fruits gorgés de sucre… Je crois que je ferais mieux de les admirer plutôt que d'avoir la tête baissée vers mon clavier. Il faudra que je relise La panthère des neiges pour acquérir plus de sagesse...
Revenons à nos aventuriers : le Munier n'est pas bavard, c'est un taiseux. Il voit tout, dit aux autres où tourner la tête, photographie, nomme ce qu'il voit dans son télescope (en latin de préférence), lui dont le rêve aurait été d'être invisible, à une époque où tout le monde veut se montrer (un sage, Munier !) D'ailleurs, on sent notre Tesson fasciné par cet homme qu'il nomme toujours par son nom de famille. Et c'est vrai qu'il est impressionnant, le Munier.
Son amie Marie l'admire tout autant. Quant à Léo, il écoute avec patience les analyses percutantes de notre Tesson national, y répond à demi-mot, s'il a le temps. Bref, pas de longs échanges, peu de discours direct.
Trente-huit courts chapitres se font l'écho des réflexions de Tesson : les bêtes sont pure beauté et nous passons sur cette terre sans rien voir parce qu'on ne sait plus regarder au-delà de notre nombril et de notre smartphone. (juste!) Notre agitation perpétuelle, notre recherche de divertissement (au sens pascalien du terme) nous coupent du monde, nous empêchent de voir, de penser, d'être : « Au « tout, tout de suite » de l'épilepsie moderne, s'opposait le « sans doute, rien, jamais » de l'affût. » Mieux vaut la philosophie orientale du non-agir, de la contemplation. En effet, huit heures d'affût permettent de se poser, d'admirer, d'aimer et pour Tesson, de faire le bilan de notre société moderne, génialement résumée en deux mots : « embouteillages et obésité », les deux étant plus ou moins liés d'ailleurs ! A cela s'ajoute la destruction aveugle et systématique (et consciente, ce qui fait de l'homme un être tragique) de tout ou à peu près tout ce qui nous entoure : terre, mer, faune, flore… etc, etc. On attend d'être « augmenté » pour être plus fort, plus tard, alors que la vie est maintenant, là, sous nos yeux. « Il est plus difficile de vénérer ce dont on jouit déjà que de rêvasser à décrocher les lunes. »
Certaines pages, très belles et très touchantes, sont consacrées à l'amie d'avant et à la mère que Tesson semble rechercher (et retrouver) dans les apparitions merveilleuses de la panthère.
Oui, ce texte est un délice : on y voyage, on y découvre la beauté et l'on y pense. Tesson est sans nul doute un voyageur, un poète et un homme d'esprit.
Son seul défaut peut-être (et pour l'affût seulement!) : il est bavard mais n'est-ce pas le fait des hommes de bonne compagnie ?


                         

Pour accompagner ce livre et poursuivre la contemplation de ces lieux magiques et de cette faune fascinante, je vous conseille le FABULEUX livre de photos du non moins FABULEUX Munier, accompagné des textes poétiques de notre Tesson, pardon, de notre FABULEUX Tesson: Tibet minéral animal aux éditions Kobalann.
Certainement le plus beau des cadeaux pour Noël… (C'est clair pour tout le monde, hein, la famille???)

                      

vendredi 13 décembre 2019

L'épouse hollandaise de Eric McCormack


Éditions Point
★★★★★ (j'ai beaucoup aimé)


C'est marrant la vie d'un roman… J'ai trouvé celui-ci lors d'un séjour à Toulouse, il y a deux ou trois ans. Comme je l'ai déjà dit (à vous ou à d'autres… je commence à radoter, c'est l'âge - ben oui, moi j'ai la chance d'être née avant 75…), lorsque je visite une ville, je commence par les deux choses essentielles : la meilleure librairie et la meilleure pâtisserie (on pourrait rêver que les deux fussent réunies dans un lieu unique mais c'est rarement le cas, hélas - si vous avez des adresses, je prends !)
Eh bien, à Toulouse, paraît-il qu'il faut aller chez Ombres blanches. Tiens, j'en profite au passage pour dire à Monsieur Aurélien Bellanger qui le 22/11/19, sur France Culture https://www.franceculture.fr/emissions/la-conclusion/toulouse, avait daigné trouver Toulouse un peu moins « provinciale » (quoique…) grâce à la présence de la librairie dont je vous parle et de la possibilité de s'y procurer les œuvres complètes de Gramsci, donc je tenais à lui dire que j'habite à la campagne, dans l'Orne (je vous laisse deux secondes pour regarder sur une carte - cela-dit, Monsieur Bellanger connaît puiqu'il est né dans le département voisin, en Mayenne, à Laval!-) je tenais donc à rassurer cet auteur : je n'ai JAMAIS MANQUÉ DE RIEN. Lorsque j'ai besoin d'un livre (quel qu'il soit), je le commande chez mon libraire. Je le récupère le moment venu. Je ne vais pas succomber ni sombrer dans une profonde dépression parce que je dois attendre deux ou trois jours pour obtenir ce que je veux. J'aime la littérature mais pas au point de vomir ou de m'évanouir si je ne peux me procurer en deux temps trois mouvements Le Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu en ancien français. Ils me font toujours sourire ces Parisiens d'adoption, encore éblouis par les lumières de la ville, qui crachent sur « la France profonde » dont ils sont issus… Avoir ce genre de propos au XIXe siècle, passe encore, mais à notre époque, ça me semble un peu relever de l'anachronisme…
C'était mon coup de gueule. Passons…
Donc le roman dont je m'apprête à vous parler trônait dans ladite librairie sur la table des « incontournables ». Le titre et la couverture ayant retenu mon attention, je l'achète. Il passe deux trois ans dans une belle PAL (pile à lire) jusqu'à ce que je m'en empare enfin…
Et c'est toujours le moment où l'on se dit : mais pourquoi n'ai-je pas lu ce texte avant ?
Car, oui, je me suis régalée. Alors je vous préviens tout de suite, il faut avoir un esprit d'aventurier, aimer le romanesque pur et dur et les situations les plus rocambolesques qui soient, accepter que l'écrivain se joue de vous, tende des pièges et que des trappes s'ouvrent brutalement sous vos pieds et surtout, il faut se laisser aller et retomber en enfance, lorsque l'on goûtait le plaisir de se plonger dans un roman de Stevenson ou un Tintin…
Vous êtes prêts ? Alors on y va !
D'abord, vous êtes (délicieusement) interpellé : « Aimable lecteur : j'aimerais te raconter un incident qui date d'il y a dix ans... » L'apostrophe, le tutoiement… Me voilà happée.
Un premier narrateur, écrivain de profession, s'installe avec son chat et sa femme (ou l'inverse!) dans une maison ancienne et mitoyenne près de Toronto. Il découvre, en visitant cette demeure, une bibliothèque très riche remplie de livres anciens. Lorsqu'il cherche à connaître le propriétaire de la maison (et de la bibliothèque), on lui répond qu'un avocat s'occupe des papiers...
Un jour, tandis qu'il s'est installé au jardin pour écrire, notre écrivain fait connaissance avec son voisin, un certain Thomas Vanderlinden, un homme très érudit, ancien professeur d'université à la retraite. Une amitié s'installe jusqu'à ce que le vieil homme soit hospitalisé. Notre narrateur lui rend régulièrement visite. À l'occasion de l'une de ces rencontres, le retraité lui montre une photo de sa mère, Rachel Vanderlinden, et lui explique comment, autrefois, avant même sa naissance, tandis qu'elle attendait le retour de son mari, un certain Rowland Vanderlinden, explorateur-ethnologue de profession, un inconnu s'est présenté chez elle en disant simplement : « Je suis votre mari ».
Dans un premier temps, Rachel s'apprêta à renvoyer le faussaire lorsque soudain, elle se ravisa sans que l'on sache pourquoi. L'inconnu s'installa donc chez les Vanderlinden comme s'il était chez lui. Jamais Rachel ne voulut savoir qui il était, ni d'où il venait et encore moins ce qui était arrivé à son (vrai) mari. Pourquoi ? Mystère ! Et c'est là que commencent les aventures les plus folles, absolument impossibles à résumer, avec moult et moult rebondissements... Les choses les plus farfelues sont racontées le plus sérieusement du monde comme si c'était des vérités scientifiques, ce qui crée un décalage vraiment irrésistible et très pince-sans rire (attendez qu'on vous décrive le ver de Guinée et vous comprendrez ce que je veux dire...). Oui, ce texte est bourré d'inventions, il pétille à toutes les pages, il nous mène en bateau (au sens propre et figuré), nous trimbale au bout du monde, nous laisse pantelant dans un coin reculé du globe et lorsqu'on imagine pouvoir reprendre un peu son souffle, une trappe s'ouvre et l'on tombe en chute libre vers d'autres péripéties plus insensées et plus rocambolesques les unes que les autres.
Les narrateurs se succèdent, les mystères finissent par s'éclaircir et l'on se régale d'un bout à l'autre de ce roman inénarrable écrit par un conteur hors pair !
Bravo Ombres blanches pour cette belle découverte ! Heureusement qu'il m'arrive de battre un peu le pavé urbain, sinon, qu'est-ce que je deviendrais… Je m' le demande...

jeudi 12 décembre 2019

Le Ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena


Éditions P.O.L
★★★★☆ (j'ai beaucoup aimé)

Il part. En 1928, il quitte la Pologne pour l'Argentine, Varsovie pour Buenos Aires, laissant sa mère, son frère et sa soeur à des milliers de kilomètres derrière lui. Il part et a le sentiment de se libérer enfin de l'emprise maternelle, il souhaite respirer un peu et se lancer dans une nouvelle vie, faire fortune peut-être, loin de la vieille Europe, loin d'une famille étouffante, loin d'une mère juive qui l'empêche presque d'être lui-même.
« Les Juifs me font chier. Ils m'ont toujours fait chier. C'est lorsque j'ai compris que ma mère allait devenir aussi juive et chiante que la sienne que j'ai décidé de partir. »
Le jeune et beau Vicente Rosenberg (double du grand-père de l'auteur) se marie, a des enfants. Il oublie le yiddish, parle espagnol, apprend à danser le tango. La vie lui sourit et Vicente Rosenberg aurait dû être un homme heureux. Mais il ne le sera pas : au même moment, de l'autre côté de l'Atlantique, le pire s'abat sur l'Europe. Il a pour nom nazisme et pour conséquence le meurtre de six millions de Juifs.
L'impensable.
L'innommable.
L'insensé.
La Shoah.
Si à son arrivée,Vicente Rosenberg propose à sa mère de venir le rejoindre à Buenos Aires, il ne fait pas l'effort de retraverser l'Atlantique pour aller la chercher et il faut bien l'avouer, il lit d'un œil assez distrait les premières lettres qu'il reçoit d'elle et ne lui répond que lorsqu'il en a le temps. Mais très vite, il sent que quelque chose est en train de basculer, là-bas, en Europe. Et il sent aussi que sa mère se trouve dans l'oeil du cyclone et qu'enfermée dans le ghetto de Varsovie, elle ne s'en sortira peut-être pas.
Et ça, Vicente Rosenberg ne pourra jamais le concevoir.
Il est parti et maintenant c'est trop tard. Il a abandonné les siens, sa mère, son frère, sa soeur mais aussi d'une certaine façon, les autres Juifs d'Europe. Il ne s'est pas trouvé là où il aurait dû être. Il n'a pas vécu l'enfer que les autres ont subi. Il a honte. Écrasé par une douleur extrême et un sentiment de culpabilité immense, Vicente s'enferme petit à petit dans un mutisme absolu. Que dire en effet quand tout paraît vain ou dérisoire ? De quoi parler quand plus rien n'a de sens et que les hommes sont devenus fous ? Comment vivre en sachant que sa mère souffre et vit le pire ? Comment ne pas se réfugier dans le silence quand les mots n'ont plus de sens et qu'il n'en existe aucun pour exprimer le pire ?
N'étant plus que l'ombre de lui-même, il ne lui reste plus qu'à s'isoler dans un ghetto intérieur dont il aura bien du mal à s'extraire… si c'est possible.
« Il aspirait à un silence si fort, si continu, si insistant, si acharné, que tout deviendrait lointain, invisible, inaudible - un silence si tenace que tout se perdrait dans un brouillard de neige. »
Comme vous l'aurez compris, le sujet abordé ici par Santiago H. Amigorena est extrêmement douloureux et je sens qu'il va falloir que je fasse un effort pour rester objective afin de parler de l'oeuvre elle-même sans être emportée par l'émotion (et avec une telle thématique, c'est difficile.)
Bon, disons-le, j'ai un avis plutôt positif sur ce roman (certains aspects m'ont beaucoup plu) mais j'ai tout de même quelques réserves.
Des livres sur la Shoah, nous en avons tous beaucoup lu. Or, Le Ghetto intérieur a ceci d'original qu'il fait le portrait d'un homme qui n'est pas sur le lieu même où les crimes sont commis. En effet, Vicente reçoit des bribes d'information et a bien du mal à appréhender la vérité. On comprend que les journaux ont parlé finalement (et pour différentes raisons) assez tardivement de tout ce qui se passait dans les camps de la mort. L'information circulait mal. Et puis, comment admettre l'impensable, comment considérer comme vrai ce qui dépasse l'entendement ?
« Vicente, comme le reste de l'humanité, pouvait savoir mais ne pouvait pas savoir. Il ne pouvait mettre aucune image sur ce qui se passait à douze mille kilomètres de distance de là où se déroulait son drame personnel. Il ne pouvait mettre aucune image ni l'appeler d'aucun nom.»
Cette distance géographique et donc physique va être très mal vécue par le narrateur qui a le sentiment de ne pas être à sa place. Un sentiment d'impuissance s'empare donc de lui. Il comprend qu'il est fondamentalement attaché à ceux dont il s'est éloigné : à sa famille mais aussi aux Juifs d'Europe. Lui qui avait plus ou moins rejeté son appartenance à toute forme de judéité se sent être fondamentalement juif, appartenir à une famille, une communauté qu'il avait délaissée. C'est donc en s'éloignant qu'il devient ce qu'il fuyait. J'ai trouvé passionnantes toutes les analyses tournant autour de cet écart géographique et ses conséquences sur l'évolution psychologique du personnage principal.
M'ont aussi beaucoup intéressée les réflexions sur les mots permettant de désigner l'innommable : dire « Shoah » ou « Holocauste », mettre une majuscule ou pas, parler d' « événement » ou de « catastrophe », d' « apocalypse » ou de « génocide », cela n'a pas le même sens, ne sous-entend pas la même chose… Les mots ont ici une importance capitale car ce sont eux qui vont exprimer les faits, dire ce que beaucoup renonceront à dire, c'est par eux que sera révélée et transmise la vérité, celle que tout le monde doit savoir.
Enfin, le questionnement sur l'identité juive est aussi passionnante d'autant que les réflexions ont lieu dans une langue assez simple qui pourrait être celle d'un jeune homme comme Vicente : il essaie en effet de comprendre qui il est, quel est le sens de cette identité unique qu'il n'a pas choisie (et que les nazis ont imposée aux gens qu'ils voulaient assassiner), pourquoi il serait plus juif que polonais, argentin, danseur de tango, joueur de football ou vendeur de meubles, il se demande si on peut avoir une identité qui nous définisse toute une vie, si ce mot a du sens pour lui et l'on assiste vraiment ici, notamment grâce au discours direct, à l'évolution de sa réflexion, un peu naïve dans sa formulation et donc très touchante :
« - Oui, oui, c'est ça ! C'est exactement ça ! On est différents. On est différents de tout, on est différents de tous. On est différents de quoi que ce soit. C'est la seule chose qui compte. On est le seul peuple sans armée, sans État. Et on a été élus, mais on n'a jamais vraiment su pourquoi on avait été élus. On a été élus seulement pour se poser la question de pourquoi on a été élus !C'est ça ! On est juifs. Je suis juif. Mais on ne sait pas ce que c'est. On ne sait absolument pas ce que c'est. Et le plus beau et le plus triste à la fois, c'est qu'on n'arrêtera jamais de se le demander, et qu'on ne le saura jamais. »
La simplicité des mots et des tournures de phrases confère une vraie force au propos. Et l'on sent soudain que l'on touche à l'essentiel, à quelque chose qui a à voir avec une forme de tragique et c'est beau à pleurer….
Mon bémol réside finalement dans le récit lui-même que j'ai trouvé parfois (et notamment à la fin) très répétitif et trop long, d'autant que souvent, ce sont les mêmes expressions, les mêmes mots qui sont employés pour exprimer le quotidien de Vicente, ses sorties en ville, les cafés, les jeux, le désespoir de sa femme et son enfermement intérieur… Un livre sur un tel sujet supporte mal les longueurs. Certains passages manquent de rythme et les redites finales, trop nombreuses, alourdissent inutilement le récit.
Il me semble aussi que l'auteur aurait pu donner encore plus de force au personnage de Vicente en exprimant peut-être de façon un peu plus progressive (plus nuancée?) sa lente plongée dans le silence. J'ai le sentiment qu'on y arrive trop vite, trop tôt dans le roman (p 52, son ami Ariel le trouve déjà « plus taiseux qu'il ne l'était depuis le début de la guerre »), ce qui oblige ensuite l'auteur à jouer sur le ressassement, la répétition tout le long des 140 pages restantes. Je pense qu'il y a ici un manque d'équilibre dans l'organisation romanesque et ce au détriment du personnage principal dont le portrait aurait, je pense, pu être plus affiné, plus fouillé.
J'ai trouvé enfin qu'il y avait comme une distance entre le personnage de Vicente et le lecteur (moi-même en l'occurrence) : est-ce lié au récit à la 3e personne - mais comment faire autrement? ou à une certaine économie de moyens dans l'écriture (une certaine froideur) ?, ou bien aux références historiques assez nombreuses (et pas franchement nécessaires à mon avis) qui empêchent, me semble-t-il, la partie romanesque de se déployer véritablement? Je ne sais pas vraiment, en tout cas, cette distance a un peu retenu chez moi l'empathie voire l'émotion (qui auraient être là, présentes et immenses, dès les premiers mots). J'ose l'avouer, le personnage de Vicente ne m'a pas vraiment touchée (sauf quand il parle de sa mère - quel beau livre d'ailleurs sur les relations mère/fils...)
Et pourtant, il aurait dû me bouleverser. Je trouve que quelque chose ne fonctionne pas vraiment dans le dispositif romanesque. Pourquoi ? I don't know. En tout cas, il m'a fallu attendre la fin pour que je me sente émue. (D'ailleurs, quand je dis que je n'ai pas été touchée plus que ça par Vicente, je ne l'ai pas été non plus par sa femme et ses enfants…) Je les ai vus comme de loin…

Bon, allez, j'arrête là. Le Ghetto intérieur reste incontestablement un texte marquant et il ne faut pas vous fier à l'avis d'une vieille grincheuse au coeur de pierre !

mercredi 4 décembre 2019

Encre sympathique de Patrick Modiano


Éditions Gallimard
★★★★★ (J'ai beaucoup aimé)


Modiano me fait toujours l'effet d'un auteur qui serait resté enfermé quelques décennies dans une boîte très hermétique que l'on aurait enfin ouverte. Rien de ce qui fait le XXIe siècle ne concerne ses romans: pas de traces de téléphones portables, d'ordinateurs ou de réseaux sociaux… Non, chez Modiano, on cherche un nom dans le Bottin, on écrit des lettres avec de l'encre bleu Floride, on parle de dancing et de bureau des PTT, de magnétophone et de télégramme…
Les gens sont aimables ou méfiants, habitent ou ont habité Paris (ils peuvent aussi être absents momentanément de Paris, ce qui est toujours vaguement inquiétant ou risqué) et s'appellent comme on ne s'appelle plus : Gérard Mourade, Noëlle Lefebvre ou George Brainos...
Généralement, l'un d'entre eux a disparu et un narrateur le recherche. Pourquoi ? On ne sait pas vraiment et lui non plus dans le fond. S'ensuit une espèce d'errance essentiellement parisienne, dans un périmètre assez limité et une chronologie relativement vague. On a toujours l'impression que le narrateur souffre d'une myopie prononcée qui l'empêche de voir au-delà d'une certaine distance (autrement, ce qu'il voit est flou) et qu'une forme d'amnésie l'a frappé peu de temps après sa naissance. Le personnage principal est donc quelqu'un qui ne se souvient pas et les gens qu'il interroge ne se souviennent pas eux non plus. Bref, tout le monde a tout oublié et l'on cherche des gens que personne n'a jamais rencontrés, et qui sont certainement morts depuis longtemps (mais là, c'est pas sûr!)
(Seules les traces font rêver, disait René Char… )
Bref, on tourne pas mal en rond, on rencontre une poignée de personnages (très peu) mais on finit quand même par les confondre (moi en tout cas), on se perd dans des détails (des histoires de lettres, de dossiers égarés ou incomplets…), les années passent, on vieillit (mais on ne change pas vraiment), on ne renonce pas à chercher (en s'autorisant quelques pauses assez longues tout de même) comme si le sens de la vie dépendait de ce qu'on allait trouver (ou pas) et puis, on finit toujours par mettre la main sur une personne : est-ce vraiment celle que l'on cherchait au début ou bien quelqu'un qui lui ressemble vaguement ? Peu importe, elle fera l'affaire.
Dans cette atmosphère hors du temps et hors de tout, des paroles d'une très grande banalité prennent soudain l'allure de questionnements philosophiques très profonds : exemple page 26 : « Et vous, qu'est-ce que vous faites dans la vie ? » Eh oui, qu'est-ce qu'on fout là, dis-le moi…
Bref, on aime Modiano ou pas. Si vous aimez, vous adorerez ce roman ; si vous n'aimez pas, passez votre chemin.
Quant à moi, je fais partie des fans absolus : j'aime l'écrivain qui à chaque question qu'on lui pose répond par « C'est compliqué » avant de plonger son regard inquiet dans le vide et de répéter une autre fois comme quelqu'un qui prend douloureusement conscience de la difficulté de traduire l'existence en mots, « oui, c'est compliqué »… J'aime ses textes parce qu'ils expriment une vision du monde très personnelle, et c'est bien là la caractéristique d'un grand écrivain, isn't it ?
L'errance modianesque dit le temps qui passe, s'effiloche, la mémoire qui vacille et l'oubli qui prend le relais. Les lieux, seuls, forment de vagues repères… et encore… Rien ne résiste au temps, ni les gens, ni les choses…
L'homme n'est qu'un passant… Un passant de passage… Qui a presque tout perdu et tout oublié.