Rechercher dans ce blog

jeudi 22 février 2018

Les Infidèles de Dominique Sylvain


Éditions Viviane Hamy
★★★★★ (J'ai adoré)

Vous avez un amant ou une maîtresse ? Vous avez besoin d'un alibi pour faire croire à votre époux(se) que vous étiez à un congrès sur l'environnement, la douleur, les troubles d'apprentissage ? 
Pas de souci ! 
Tapez lovalibi.com, site créé par Alice Kléber : vous aurez en moins de temps qu'il ne faut pour le dire tout ce dont vous avez besoin pour vous couvrir en cas d'orage menaçant... 
Une belle petite affaire mise au point par une femme terrible et qui n'a peur de rien, ou presque.  Une « petite fabrique de mensonges » qui prospère et lui permet de vivre dans le luxe : vaste propriété en Bourgogne, Jaguar, bijoux, tableaux, cave à vin… 
C'est Lucien, un homme de confiance, « un garçon providentiel », qui l'aide à faire tourner sa petite entreprise. Et elle marche plutôt très bien. « Les affaires étaient florissantes, la clientèle grandissante. Elle avait découvert une vérité surprenante. Le pétrole était limité, le nucléaire dangereux, le charbon asphyxiant, le gaz de schiste fatal au paysage, mais le désir était une source d'énergie inépuisable. Il aurait été stupide de ne pas l'exploiter. »
Mais la nièce chérie d'Alice, Salomé Jolain, journaliste à TV24, a eu la mauvaise idée de se faire assassiner : on l'a retrouvée morte dans une poubelle près d'un square parisien. Elle sortait de l'hôtel de la Licorne : peut-être travaillait-elle sur un reportage au sujet de l'adultère ? Et si ce sujet avait gêné quelqu'un au point de l'amener à supprimer la journaliste, à lui voler son smartphone et sa caméra ? Et s'il y avait un lien entre l'entreprise de sa tante et le meurtre de la jeune fille ? D'autant que Salomé a réservé sa chambre en passant par le site Escapamour.com, spécialisé dans la location de chambres pendant les heures creuses de la journée, site dont on trouve le lien sur lovalibi.com… Au fond, qui était Salomé ? Que cachait-elle ? Avait-elle une double vie ?
Deux flics sont sur l'enquête : le commandant Barnier et un nouveau : « Yeux bleu de cobalt, profil sculpté, blouson de cuir, jean seconde peau, bagues en argent, le lieutenant Maze avait l'allure d'une rock star, pas d'un flic.
C'était une bonne et une mauvaise nouvelle.
Une bonne, parce que, depuis son débarquement à la Crim', Barnier avait définitivement cessé de s'ennuyer.
Une mauvaise, parce que, la nuit dernière, il avait rêvé de lui. »
Bon, je vous le dis tout de suite, j'ai adoré ce roman : les suspects qui défilent devant les policiers sont nombreux, ont tous au moins une raison d'avoir assassiné Salomé. Ce sont des êtres doubles, complexes, tourmentés, ambigus, qui cachent comme ils peuvent leurs failles, leurs faiblesses, leurs blessures passées. 
Rien n'est simple dans ce roman, ni les personnages, ni les sentiments, ni ce qui motive leurs actions : chaque page apporte son lot de surprises, de révélations. Chacun semble se débattre avec lui-même. On a l'impression que la mort de Salomé va jeter le trouble dans le beau jeu bien huilé des apparences, des faux-semblants. Qui est qui ? Où est la vérité des êtres ? Derrière quel mensonge cachent-ils leur vérité ? Se résument-ils à ce qu'ils veulent bien montrer d'eux-mêmes ? Au fond, savent-ils vraiment qui ils sont ?
Je pense notamment à l'attirance de... Barnier pour Maze, du commandant hétéro, marié, un enfant, pour son lieutenant homo et … beau comme un dieu ! Pauvre Barnier qui se débat pour refréner ses pulsions, résistant de toutes ses forces à l'appel du corps, refusant d'accepter son attirance pour l'autre, luttant comme un malade et devenant malade à force de lutter…
Barnier a tout de suite prévenu le beau Maze : il n'est pas homo, lui, c'est bien clair ? Oui, c'est clair, a répondu Maze tandis que les yeux de son chef trahissaient un désir fou. 
Ce n'est pas courant dans la littérature policière de voir apparaître le thème de l'homosexualité masculine et j'ai trouvé magnifique l'histoire de ces deux hommes. Quelle délicieuse évocation du désir, de la sensualité… (Serais-je, moi aussi, tombée sous le charme?) Mais chut… Deux portraits inoubliables...
Un très bon polar, impossible à lâcher, que j'ai lu les mains moites tellement la tension est extrême, le suspense omniprésent et les personnages forts (magnifique figure aussi que celle de Valentin, le garçon déficient, très observateur, qui ne voit pas le réel tout à fait comme nous). Il faut noter d'ailleurs que Dominique Sylvain a réussi l'exploit, dans ce roman choral, d'adapter son écriture au point de vue du personnage : une langue simple pour Valentin et plus construite, plus recherchée, plus imagée pour Alice.
Et puis, on a un tableau de notre société contemporaine assez juste, je trouve...
Une chose encore : une demande à l'auteur (une supplication même!) : serait-il possible de retrouver Barnier et Maze un jour ou l'autre dans un autre de vos romans ? S'il vous plaît, madame Sylvain, je les aime tellement ces deux personnages que je n'imagine pas une seule seconde ne plus les revoir ! Et puis, entre nous, les passages où vous les mettez en scène tous les deux sont si délicieux qu'on en redemande !

Que d'émotions ! Vivement le prochain ! C'est promis, je me jette dessus !

2 commentaires:

  1. OU L'ACHETER A ROUEN ?

    RépondreSupprimer
  2. Je n'habite pas à Rouen mais j'imagine que dans n'importe quelle bonne librairie, on peut trouver ce délicieux roman policier... Bonne lecture à vous!

    RépondreSupprimer