Rechercher dans ce blog

mercredi 21 mars 2018

Sauf d'Hervé Commère


 Fleuve Éditions
★★★★☆ (J'ai beaucoup aimé)

Quel acrobate, cet Hervé Commère, quel virtuose ! Franchement, il m'épate ! Quelle intrigue ! J'imagine à quel point il a dû bosser son plan, dans les moindres détails. Parce que je ne vous cache pas que tout est admirablement ficelé et tandis que j'ai passé mon temps à me demander comment il allait démêler tout ça, lui, l'acrobate de haut vol, retombait gentiment sur ses pieds, le sourire aux lèvres !
Alors, l'histoire : à l'âge de six ans, Mat a perdu ses parents dans l'incendie du manoir breton qu'ils habitaient. Il a donc été élevé par son oncle et sa tante dans la région parisienne. Il a grandi entouré d'une famille attentive qui l'aimait. Plus tard, il a fait quelques bêtises puis a fini par se calmer, trouver un travail de brocanteur qui lui plaît et une femme dont il est fou amoureux. Maintenant, il a plus de quarante ans et il mène une vie tranquille dans le Val de Marne, sur l'île Sainte Catherine, dans la maison qu'il a retapée avec son oncle. Bref, tout va bien, jusqu'au jour où une femme inconnue apporte un album photo avec une belle couverture de velours au dépôt-vente où il travaille. Rien de bien extraordinaire, sauf que cet album photo a appartenu à ses parents et que ce sont SES photos d'enfance qui sont à l'intérieur. Pourquoi cet album n'a-il pas brûlé dans l'incendie qui a coûté la vie à ses parents ? QUI l'a apporté et surtout, POURQUOI ?
Tout d'abord, je voudrais remercier Hervé Commère de n'avoir pas sombré dans ce qui semble être la grande mode en matière de roman policier : un chapitre haletant suivi d'un autre chapitre nettement moins intéressant et qui a juste pour fonction de retarder le moment de retrouver ENFIN l'intrigue principale. Ras-le-bol de ces récits croisés qui m' insupportent. Non, Commère n'a pas besoin de ce stratagème éculé pour tenir en haleine son lecteur. D'un chapitre à l'autre, les rebondissements sont nombreux, la tension permanente, le suspense à son comble.
Bon, c'est vrai que tout n'est pas crédible, loin de là, mais on s'en moque un peu : il nous trimbale, le Commère, et on court, on ne peut pas reposer le bouquin, encore un petit chapitre, puis j'arrête. Les livres de Commère, c'est comme le chocolat, encore un carré-chapitre, puis encore un…et avant de dire ouf, le roman-tablette est avalé !
Allez, je vous laisse à votre dégustation, c'est du bon, croyez-moi !

PS : en me baladant sur Internet en quête de photos d'urbex (exploration urbaine), je suis tombée par hasard sur celle de la couverture du livre. Il s'agit visiblement d'un petit château abandonné situé dans la région parisienne.
Pour une visite complète, vous avez des vidéos sur YouTube, tapez « Château Verdure ».

J'avoue que je ne m'y risquerais pas mais… quel univers fascinant !

1 commentaire:

  1. Je ne connais pas du tout cet auteur mais j'avoue que c'est tentant.

    RépondreSupprimer