Rechercher dans ce blog

samedi 31 mars 2018

La Disparition de Stéphanie Mailer de Joël Dicker


Éditions de Fallois
entre ★★ et ★★★☆☆ (J'ai moyennement aimé)

Vacances de Pâques 2013 : j'avais loué pour une semaine un gîte dans les Vosges. Au programme : randonnées et visites. J'emporte dans mes valises La Vérité sur l'affaire Harry Quebert. Quelle erreur ! Impossible de décoller de mon bouquin! Je n'ai qu'une hâte : rentrer pour lire. Rien d'autre ne m'intéresse… (déjà qu'en temps normal, les randos...) Maintenant, je suis prudente : quand je pars découvrir une région, je veille à n'emporter que des livres pas trop prenants, autrement, autant que je reste chez moi !
Alors quand j'ai su que Joël Dicker venait de publier La Disparition… je me suis ruée dessus…
Autant le dire tout de suite : je suis très déçue et ce, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, je trouve que les personnages (inutilement nombreux à mon sens) sont vraiment caricaturaux : on a l'impression d'esquisses insuffisamment travaillées et manquant cruellement de profondeur psychologique, de fantoches stéréotypés ! Certains d'entre eux touchent même parfois franchement au burlesque tellement ils sont outrés ! Du coup, impossible de s'attacher à eux ou de ressentir la moindre émotion à leur égard. Ils sont vivants, tant mieux pour eux, ils meurent, bof, on s'en moque un peu !
Par ailleurs, trop souvent, les situations, archi-convenues, relèvent du cliché. Les dialogues sont plats « comme des trottoirs de rue » (c'en est drôle parfois!)
Et l'on ne croit pas une seconde à cette histoire boursouflée de partout et complètement invraisemblable ! L'auteur dit dans certaines interviews que ce n'est pas un polar… Ça se discute, mais ce qui est vrai, c'est que parfois on a plutôt l'impression d'être dans un vaudeville, voire dans une farce ! On passe finalement du plat à l'outrancier… Étrange comme impression...
Et puis, il y des « trucs » franchement insupportables, notamment les scènes racontées par un personnage et, chapitre suivant, inutile flash-back, on assiste à ladite scène qui a eu lieu vingt ans plus tôt. Bon, une fois, ça va, on a compris…
Quant aux répétitions, d'adjectifs notamment, elles sont légion ! Il m'aurait demandé, le gars Joël, que je les lui aurais soulignées, moi, avec mon stylo rouge de prof !
Et cependant, je reste bien persuadée que le scénario de base n'était pas mauvais et qu'il eût été possible d'en faire un roman intéressant, peut-être en le dégraissant, en approfondissant la dimension psychologique des personnages ou en travaillant davantage l'écriture des dialogues, notamment...
C'est trop long, on sent parfois un côté « remplissage ». (C'est encore la prof qui suppose que l'élève n'avait plus rien à dire, mais comme il fallait atteindre un certain nombre de pages pour avoir la moyenne….)
Je suis sans doute sévère, mais c'est à la hauteur de ma déception.
Cela dit, même si j'ai eu un petit coup de mou au bout de la centième page, j'ai poursuivi ma lecture et j'avoue que, malgré tout, l'intrigue m'a portée jusqu'au bout ! Donc, malgré les réserves énoncées plus haut, La Disparition reste tout de même un page-turner efficace...
Les seuls personnages qui m'ont fait rire et dont j'ai aimé la description sont les grands-parents de Jesse Rosenberg (souvenez-vous, ceux qui disent tout le temps : « Bande de petits cons » ou « C'est de la merde » ; là, j'avoue que le comique de répétition m'a fait marrer) - c'est un chapitre d'ailleurs complètement délirant et qui n'est pas tout à fait dans le même registre que le reste de l'oeuvre, peut-être parce qu'il y a de l'humour... (p 489 à 499)
Bon, mais je me connais... tout cela ne m'empêchera certainement pas de me jeter sur le prochain roman de Dicker…

(Avec tout ça, j'ai complètement oublié de vous dire de quoi ça cause ! Tant pis, au moins, on ne pourra pas m'accuser d'avoir divulgâché l'intrigue...)


5 commentaires:

  1. J'avais adoré moi aussi La vérité ... Mais on sentait quand même que les défauts que tu pointes ici étaient en germe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord ! Je suis une des rares à ne pas avoir aimé "La vérité..." (j'ose à peine le dire) pour toutes ces raisons. Je n'ai donc pas DU TOUT l'intention de me risquer dans "La Disparition", et cet article ne fait que me conforter dans ma décision...

      Supprimer
  2. En fait, moi aussi je suis restée scotchée à l'Affaire Harry Québert à l'époque mais je n'ai plus eu envie de lire Joël Dicker après parce que j'ai un peu peur qu'il tourne en rond après ce succès surprise et beaucoup dû à son sens de l'intrigue et du rebondissement plus qu'à sa plume. Ah si, j'ai envie de lire son premier roman, celui d'avant Harry :-)

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'ai été très déçue ! Et en colère contre moi-même car je voulais connaitre la vérité (je soupçonnais la bonne personne) et que j'ai fini ce truc mal écrit,auquel on ne croit pas une seconde, au lieu de lire Absolute Darling par exemple !

    RépondreSupprimer
  4. Bon, je crois que tout le monde est d'accord, ce n'est pas un bon cru malgré, je pense, une intrigue intéressante à mon sens. C'est le traitement de cette intrigue qui n'est pas bon! Dommage! Le prochain sera peut-être meilleur...

    RépondreSupprimer